Dernière mise à jour le .

(Ac 17, 15.22 – 18, 1)
« Ce que vous vénérez sans le connaître, voilà ce que, moi, je viens vous annoncer »

En ces jours-là, ceux qui escortaient Paul le conduisirent jusqu’à Athènes. Puis ils s’en
retournèrent, porteurs d’un message, avec l’ordre, pour Silas et Timothée, de rejoindre Paul
le plus tôt possible.
Alors Paul, debout au milieu de l’Aréopage, fit ce discours : « Athéniens, je peux observer que
vous êtes, en toutes choses, des hommes particulièrement religieux. En effet, en me
promenant et en observant vos monuments sacrés, j’ai même trouvé un autel avec cette
inscription : “Au dieu inconnu.” Or, ce que vous vénérez sans le connaître, voilà ce que, moi,
je viens vous annoncer.
Le Dieu qui a fait le monde et tout ce qu’il contient, lui qui est Seigneur du ciel et de la terre,
n’habite pas des sanctuaires faits de main d’homme ; il n’est pas non plus servi par des mains
humaines, comme s’il avait besoin de quoi que ce soit, lui qui donne à tous la vie, le souffle et
tout le nécessaire.
À partir d’un seul homme, il a fait tous les peuples pour qu’ils habitent sur toute la surface de
la terre, fixant les moments de leur histoire et les limites de leur habitat ; Dieu les a faits pour
qu’ils le cherchent et, si possible, l’atteignent et le trouvent, lui qui, en fait, n’est pas loin de
chacun de nous. Car c’est en lui que nous avons la vie, le mouvement et l’être.
Ainsi l’ont également dit certains de vos poètes : Nous sommes de sa descendance. Si donc
nous sommes de la descendance de Dieu, nous ne devons pas penser que la divinité est
pareille à une statue d’or, d’argent ou de pierre sculptée par l’art et l’imagination de
l’homme.
Et voici que Dieu, sans tenir compte des temps où les hommes l’ont ignoré, leur enjoint
maintenant de se convertir, tous et partout. En effet, il a fixé le jour où il va juger la terre
avec justice, par un homme qu’il a établi pour cela, quand il l’a accrédité auprès de tous en le
ressuscitant d’entre les morts. »
Quand ils entendirent parler de résurrection des morts, les uns se moquaient, et les autres
déclarèrent : « Là-dessus nous t’écouterons une autre fois. »
C’est ainsi que Paul, se retirant du milieu d’eux, s’en alla. Cependant quelques hommes
s’attachèrent à lui et devinrent croyants. Parmi eux, il y avait Denys, membre de l’Aréopage,
et une femme nommée Damaris, ainsi que d’autres avec eux. Après cela, Paul s’éloigna
d’Athènes et se rendit à Corinthe.
Commentaire :
Dans la première lecture de ce jour, nous avons été interpellés par le discours de Paul aux
athéniens, une catéchèse qui interroge et nourrit notre relation au Seigneur. Nous nous
sommes arrêtés sur ces 2 phrases. Les hommes, Dieu les a faits pour qu’ils le cherchent et, si
possible, l’atteignent et le trouvent, lui qui, en fait, n’est pas loin de chacun de nous. Car c’est
en lui que nous avons la vie, le mouvement et l’être.
Dieu attend que nous le cherchions. Si nous voulons faire sa volonté alors cherchons-Le !
Dieu désire même que nous Le trouvions, L’atteignons. Cela donne le vertige … et pourtant
Dieu nous a créés pour cela.
Certains moments d’intimité, même éphémères disent quelque chose de cette proximité en
Dieu.
Le chercher, où ? Paul nous laisse à penser que cela ne doit pas être bien difficile de trouver
Dieu puisqu’Il n’est pas loin de nous.
Il est là quand sa Parole fait écho en nous. Il est là quand nous recevons un sacrement. Il est
là quand monte en nous une prière. Il est là dans la beauté d’un texte, d’un édifice, de la
nature, d’une musique … qui nous touchent. Il est là dans le geste gratuit reçu ou donné. Il
est là dans le sourire à l’inconnu. Il est là dans notre attention au monde, dans le respect des
hommes, de la création …
Mais, où Dieu ne serait-Il pas ? Cherchons-Le en tout ; Il n’est pas enfermé dans les
sanctuaires dit St Paul.
Le chercher, dans quel but ? Paul nous le dit : Car c’est en Lui que nous avons la vie, le
mouvement et l’être.
Sentir, regarder tout ce qui est vivant comme venant de Dieu ; puiser en Lui le surcroît de vie
dont nous avons besoin quand les circonstances n’y sont pas favorables, ce que beaucoup de
personnes ont fait pendant le confinement.
Se laisser mettre en mouvement, pour plus d’ouverture au monde, dans un élan d’amour
désintéressé qui vient de Dieu.
Être de plus en plus fils, à l’image et ressemblance du Fils, dans les petites actions et les
grandes choses.
Pour tout cela, Dieu se donne à nous, alors cherchons-Le !

Comment chercher Dieu ? Par l’Esprit de vérité nous dit St Jean dans l’évangile du jour.
Ce n’est pas par nos propres forces que nous irons à Dieu, mais par l’Esprit de vérité qui nous
Le fera connaître.
Cet Esprit du Père et du Fils qui, quand nous Le laissons venir dans notre vie, nous conduit
dans la vérité tout entière ; tel est le chemin qui conduit à Dieu.
Nous pouvons prier dans notre quotidien, dans nos choix, dans nos engagements, dans la
vie de notre paroisse, dans les bons et les mauvais moments ;
que vienne l’Esprit de vérité, il vous conduira dans la vérité tout entière.
Alors, tout près de toi est la Parole, elle est dans ta bouche et dans ton cœur (Ro 10,8)
et Sa Présence se manifeste par ta vie.
Françoise et Gérard
Mercredi 20 mai 2020

Pingbacks

Les pingbacks sont fermés.

Commentaires

Les commentaires sont fermés.