Dernière mise à jour le .

Luc 23, 35-43

Homélie de Bruno Millevoye, 24 novembre 2019, Christ Roi, 34e dimanche du temps ordinaire année C
La fête du Christ Roi nous conduit à la Croix et à méditer sur la mort de Jésus. Nous le faisons pendant la semaine sainte à deux reprises, le dimanche des Rameaux et à l’office de la passion le vendredi. Mais alors nous sommes pris dans une dynamique qui passe par la croix mais qui conduit au tombeau vide et à la résurrection. Aujourd’hui, nous n’avons que la Croix.
Une autre difficulté pour saisir le sens de cette fête est le vocabulaire employé à commencer par le titre de Roi mais également la notion de royaume, de paradis et même l’expression mise dans la bouche du malfaiteur repentant : « nous avons ce que nous méritons… »
Je propose donc qu’au lieu de royaume, nous parlions d’univers comme on parlerait de l’univers des jeux vidéo. Essayons donc de saisir quel est le sens de cet univers dont le centre est la Croix de Jésus. Essayons de comprendre en quoi le Christ en est le maître du jeu et ce qui lui donne sa puissance.
1. Quand on approche de cet univers, on entend des moqueries, la dérision, le mépris. Elles émanent aussi bien des chefs que des soldats, du peuple. Cet univers est décevant : « « Si tu es le roi des Juifs, sauve-toi toi-même ! » Il est le monde dont nous ne voulons pas. Il est à l’opposé de ce qui nous attire.
2. Si malgré cela, nous y pénétrons, nous découvrons que la notion de justice est centrale : « pour nous, c’est juste, il n’a rien fait de mal. » Cet univers est fondé, structuré par la recherche de ce qui est juste, de ce qui est vrai, de ce qui est bon. Lorsque l’on recherche la justice et la vérité, alors cet univers devient aimable et attirant.
3. D’une façon ou d’une autre, habiter cet univers nous conduira aux pieds de la Croix de Jésus. De façon inattendue, de cette Croix, nous pouvons apprendre à parler à Dieu : « Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font. » et échanger avec le Christ : « Jésus, souviens-toi de moi quand tu viendras dans ton Royaume. » … « Amen, je te le dis : aujourd’hui, avec moi, tu seras dans le Paradis. »
Cette proximité suppose à la fois de se reconnaître malfaiteur et de choisir le Christ comme celui qui conduit à la vérité et à la vraie justice. C’est dans cette proximité que nous apprenons à désirer cet univers et en saisir la puissance qui est dans ce cri de Jésus : « Père pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font. »
4. Le cœur battant de cet univers, sa toute-puissance est le pardon que Dieu donne. Sur la croix, nous avons, nous dit saint Paul, l’image du Dieu invisible, le premier-né avant toute créateur. Dieu a jugé bon qu’habite en lui toute plénitude et que tout par le lui soit enfin réconcilié. Le Christ est la toute-puissance de Dieu, capable de pardonner et d’appeler au pardon.
Le pardon n’est pas une émotion, un acte instantané mais un processus de libération. Le grave sujet de la pédophilie nous a rappelé qu’on ne pardonnait pas n’importe comment. Le pardon suppose du temps. Le pardon commence par l’écoute. Le pardon appelle à la reconnaissance de la responsabilité de chacun et demande justice. Enfin, le pardon se donne mais il ne peut l’être que par la victime. Jésus, innocent s’est fait victime pour donner le pardon et offrir au monde le chemin de sa guérison et de sa libération.
Sur la croix, toute la puissance de Dieu est manifestée en la personne de Jésus. Il est Roi. Il nous associe à sa royauté, à l’exercice de son pouvoir dans la mesure où nous le reconnaissons roi, où nous désirons son paradis : « Jésus, souviens-toi de moi quand tu viendras dans ton Royaume. »
Ces mots du psaume 50 peuvent être ceux de notre allégeance au pouvoir de Jésus, roi de l’univers : « Pitié pour moi, mon Dieu, dans ton amour, selon ta grande miséricorde, efface mon péché… Tu veux au fond de moi la vérité ; dans le secret, tu m'apprends la sagesse… Crée en moi un cœur pur, ô mon Dieu, renouvelle et raffermis au fond de moi mon esprit. Rends-moi la joie d'être sauvé ; que l'esprit généreux me soutienne. »

Pingbacks

Les pingbacks sont fermés.

Commentaires

Les commentaires sont fermés.