Dernière mise à jour le .

Samedi 29 juin et dimanche 30 juin à Saint Alban et Saint Maurice

SAMEDI 29 et DIMANCHE 30 JUIN 2019
MESSES D’« AU REVOIR »
Après 6 années de présence à la paroisse, je voudrais vous partager 3 regrets, 1 espérance et 2 mercis (après la communion).
1. « Celui qui regarde en arrière n’est pas fait pour le Royaume de Dieu » nous a dit Jésus dans l’évangile (Luc 9, 51-62)
Au moment de partir, je suis obligé de regarder en arrière, en pensant surtout à ce que je n’ai pas su faire : 3 regrets ; en fait, plus que 3 !
Le 1er regret :
J’ai constaté chaque année que des jeunes, des jeunes adultes, des jeunes couples, des familles et d’autres personnes, de sensibilités religieuses diverses, nouveaux sur le quartier, sont venus 1, 2, voire 3 fois à St-Alban et à St-Maurice et ne sont pas revenus.
C’est difficile de savoir pourquoi, même si j’ai quelques explications.
C’est un constat un peu dur, amer pour moi.
Mon 2ème regret :
Au mois de mars, l’un de vous a dit dans une réunion de bilan de la paroisse que je connaissais bien les paroissiens ; cela m’a fait plaisir.
Mais, en partant, je dois avouer que je connais peu ou pas du tout une partie d’entre vous, même si j’ai reçu des confidences avant les débuts de messe.
Vraiment, je vous en demande pardon.
Mon 3ème regret est plus « intérieur », difficile.
Sur mon faire-part d’ordination comme prêtre, j’avais mis une parole de Jésus et une parole de l’Abbé Pierre – pour des raisons personnelles – :
« servir premier le plus souffrant ».
C’est facile à écrire !
Mais, concrètement, dans l’emploi du temps, j’ai vécu une forte tension, tension nécessaire, entre l’animation de la paroisse et la présence aux plus souffrants, notamment dans la paroisse.
Et vous ?
Vivez-vous aussi cette tension ?

2. MON ESPERANCE
C’est la personne de Jésus-Christ.
J’ai souvent entendu dire que notre paroisse est vraiment accueillante, ouverte, comme le sont aussi d’autres paroisses.
Cet accueil est vraiment une des qualités de la paroisse. Mais, il y a des personnes qui ne se sont pas senties accueillies – j’en connais – ou qui ont fait un gros effort pour rester. C’est plus facile d’accueillir les personnes qui pensent comme nous.
Accueillir vraiment quelqu’un peut « déplacer » des choses en nous ; cf Côté Soleil de juillet-août.
En 1998, en arrivant comme archevêque de Lyon, Mgr Billé avait « souhaité que notre Eglise – notre paroisse, soit humaine, vraiment humaine comme Jésus ; divinement humaine. »
Votre paroisse devra toujours être le visage humain de Jésus, Fils de Dieu.
A la paroisse, par le caté, le catéchuménat, la préparation aux baptêmes, mariages, funérailles, etc… beaucoup de personnes ont été vraiment accueillies avec leur histoire personnelle, conjugale, familiale, religieuse, etc… souvent difficile, « compliquée » - dit le Pape François.
Elles ont senti qu’elles avaient toute leur place dans la paroisse ; elles ont senti qu’elles avaient du prix pour Dieu. Pour Jésus, les places réservées n’existent pas.
Je pense à un couple de divorcés-remariés, chrétiens, qui nous a dit récemment :
« quand on n’est pas dans les normes, c’est plus facile de rester en dehors de l’Eglise que de frapper à la porte de l’Eglise ».
Vous… quelle espérance vous apportent le Christ et l’évangile ?

3. DEUX MERCIS (après la communion)
. Une paroissienne de 40 ans m’a appris un jour cette chanson :
« on ne dit jamais assez à ceux qu’on aime, qu’on les aime » (famille Chedid).
Cette chanson a circulé dans la paroisse et même en prison.
Parfois, je me demande si Dieu qui nous aime nous montre assez qu’Il nous aime.
Voilà comment Il vous le dit aujourd’hui :
« Je suis VOTRE Dieu et vous êtes MON peuple » (Livre de Jérémie).
MERCI à Dieu pour ce que vous êtes, vous peuple de St-Alban, St-Maurice et d’ailleurs.

. J’ai 2 cailloux… mais vous ne pouvez pas les voir !
Ce sont 2 enfants de la paroisse qui me les ont donnés.
L’un : il a peint 2 clochers : St-Alban et St-Maurice ?
Sûr : il ne connaît pas l’esprit de clocher ; mais peut-être qu’il nous souffle d’avoir moins l’esprit de clocher ?
L’autre : un tout petit caillou ; c’est Luc, 2 ans, qui l’a ramassé un jour en me disant : « c’est pour toi ».
Ces 2 cailloux que je vais garder précieusement sont le symbole de tous les gestes d’attention entre vous tous ; symboles du Royaume de Dieu.
Merci à chacun de vous.

Père Yves Longin

Pingbacks

Les pingbacks sont fermés.

Commentaires

Les commentaires sont fermés.