Dernière mise à jour le .

Jean 21 1-19 ; Profession de foi des jeunes de la Fondation RICHARD

SAMEDI 4 MAI 2019 – MESSE N.D. SAINT-ALBAN
3ème dimanche de Pâques. Evangile : Jean 21,1-19
Profession de foi des jeunes de la Fondation Richard
1. Est-ce qu’on ressemble un peu… beaucoup aux disciples de Jésus ?
• « Ils ne savaient pas que c’était lui ».
Lui : c’est Jésus ressuscité.
NOUS :
Il y a des moments où ça ne va pas bien dans notre vie ; pas bien dans notre foi. On a des doutes et même des colères contre Dieu. On a du mal à prier.
On ne sent pas la présence de Jésus dans notre vie.
Mais…
ça ne veut pas dire qu’on n’a plus la foi.
Dieu est toujours là.
• Et puis, il y a « le disciple bien-aimé qui dit à Pierre : c’est le Seigneur ».
S’il est le 1er, ici, à reconnaître Jésus, c’est qu’il avait une grande intimité avec lui ; c’est lui qui connaissait le mieux Jésus de « l’intérieur ».
NOUS :
Est-ce qu’on vit des moments d’intimité avec Jésus ? Des moments forts de communion avec lui, de prière, de paix, de douceur, d’amour ?
• A la fin : « Aucun des disciples n’osaient demander à Jésus : qui es-tu ? Ils savaient que c’était lui ».
Comment l’ont-ils su ?
leur filet plein de poissons : 153 !
Vous croyez qu’ils ont compté les poissons ? Non !
153 : c’était le symbole de l’universalité ; toute l’humanité dans leur filet.
NOUS :
Combien avons-nous de copains, d’amis, de personnes dans la famille et d’autres qu’on essaye de rencontrer vraiment ? Difficile à dire !
Ce qui est sûr : l’amitié, l’amour, le partage, le souci des autres, etc… ça nous donne un cœur aussi grand que le filet des disciples : notre vie est pleine de la vie des autres !
. et le repas !
les disciples ont reconnu le Christ quand il les a invités à manger ; il y avait du poisson (le symbole de Jésus) et du pain ; Jésus les a pris et les leur a donnés : les mêmes gestes que ceux de son dernier repas avec ses disciples ; les mêmes gestes que la fraction du pain avec les disciples d’Emmaüs ; les gestes de l’Eucharistie : le moment de la reconnaissance du Christ.
2. Pierre
• 3 fois, il a renié Jésus.
Il en a pleuré.
Jésus : il l’aimait vraiment. Il était prêt à tout pour lui ; du moins, c’est ce qu’il croyait.
NOUS :
C’est dur aussi de s’apercevoir que notre foi n’est pas aussi forte qu’on le croyait. Même si notre foi est grande, elle peut être fragile.
• 3 fois Jésus lui demande : « M’aimes-tu ? »
Jésus n’appelle pas les personnes les plus solides, ni les plus croyantes, mais celles qui aiment ; et qui aiment encore plus avec le pardon de Jésus.
Le plus beau : c’est ce que Pierre dit à Jésus :
« toi, tu sais tout ; tu sais bien que je t’aime. »
Vous vous rendez compte !
Pierre est sûr que Jésus n’a jamais douté de son amitié pour lui ; même quand il l’a renié

Prenons quelques instants de silence.
Ouvrons nos mains, là, devant nous ; regardons-les ; disons à Jésus : « toi, tu sais tout de moi ; tu sais ma foi en toi ; je crois en toi. »

Pingbacks

Les pingbacks sont fermés.

Commentaires

Les commentaires sont fermés.