Dernière mise à jour le .

Évangile Saint Marc 12,38-44

Ce dimanche 11 novembre 2018, voulez-vous qu’on fasse mémoire de 3 évènements ?
Pour ne pas oublier.
• Le 11 novembre, c’est la fête de la Saint Martin.
Beaucoup de villages de France s’appellent Saint Martin car il a évangélisé les campagnes, au 4ème siècle.
Mais : les gens qui connaissent un peu Saint Martin se rappellent surtout qu’il a donné à un mendiant la moitié de sa grande cape d’uniforme de soldat.
On dit qu’il a eu une vision : le Christ lui apparut vêtu de cette cape. Alors, il a demandé à être baptisé.
C’est souvent comme ça :
Ce qu’on retient de la vie d’une personne, c’est ce qu’elle a fait pour les autres, le bien qu’elle a fait.
Peut-être que vous pouvez penser à des personnes ?
• Ce 11 novembre 2018.
C’est surtout le 100ème anniversaire de l’armistice de la 1ère guerre mondiale 14 – 18 ; La « Grande Guerre ».
Dehors, à coté de l’église, il y a le monument :
« Aux enfants de Monplaisir morts à la guerre 14 – 18 »
Près de 300 noms.
Dans l’église, ces 2 plaques avec les noms des personnes mortes pendant la guerre ; peut-être des paroissiens.
Des millions de morts et tant de souffrance.
Mais, dans une guerre, il peut y avoir de belles choses.
Un film « Joyeux Noël » relate un fait réel, historique.
La nuit de Noël 1914.
Des soldats allemands, dans leurs tranchées, ont entendu de la musique venant des tranchées françaises, toutes proches.
Et les soldats français ont entendu la musique de Noël venant de la tranchée allemande.
Alors : Allemands et Français, et aussi Irlandais, sont sortis de leurs tranchées et ont fraternisé.
Ensemble, ils ont chanté, dansé, joué au foot, bu ; et : ils ont prié ensemble.
Et puis … ils sont retournés dans leurs tranchées.
Tant qu’il y aura sur terre des hommes et des femmes capables de tels gestes d’humanité et de fraternité dans de tels moments, on ne peut pas désespérer de l’homme et de l’humanité.
Vous le croyez ?
• Et quel est le 3ème évènement de ce 11 novembre 2018 ?
L’Évangile.
Et cette veuve qu’on ne doit jamais oublier.
Pour nous, si on se dit chrétiens, ne pas oublier veut dire peut-être 2 choses :
1 – Nous devons réfléchir sur notre mode de vie et notre façon de partager sous le regard du Christ et de l’Évangile.
Sœur Emmanuelle, qui n’avait pas sa langue dans sa poche, a dit :
« Le plus révélateur, ce n’est pas ce que tu donnes, mais ce que tu gardes pour toi ».
Donner de notre superflu, comme les riches de l’Évangile, ne dérange pas notre foi et notre mode de vie.
D’où cette remarque de Gandhi : que j’ai dite plusieurs fois :
« Vivons plus simplement pour que d’autres puissent simplement vivre ».
2 - Mais le geste de la veuve va plus loin.
Elle ne fait pas que donner.
Elle se donne tout entier
Elle est l’image de Jésus donnant sa vie.

Jésus nous allons faire mémoire de toi dans l’Eucharistie ; ta vie donnée.
Le pain et le vin, c’est aussi ces 2 veuves et tout ce qu’elles ont donné et notre vie.

Pingbacks

Les pingbacks sont fermés.

Commentaires

Les commentaires sont fermés.