Dernière mise à jour le .

Genèse 2,18-24 ; Marc 10, 13-16

Le premier livre de la Bible (la Genèse) raconte la création du monde. Bien sûr, il ne dit pas comment ça s’est passé. Mais, un peu comme une histoire ou un poème, la Bible nous dit une chose très importante (1ère lecture). Pour moi, c’est quand Dieu dit :
« Il n’est pas bon que l’homme soit seul ».
Dieu aurait pu dire :
« Il n’est pas bon qu’un enfant, un jeune, un adulte, une personne âgée soient seuls ».
Quand on est seul, vraiment tout seul, c’est dur ; parfois, très dur.
Les autres nous manquent.
C’est pour cela que la Bible raconte que Dieu a voulu faire une « aide » (cf. le texte) pour l’homme avec des animaux. Une aide c’est une présence qui comble un vide dans notre cœur.
Mais : croyez-vous qu’un animal, même s’il compte beaucoup pour nous, peut remplacer l’amour d’une personne ? Par ex : remplacer notre famille, des copains-copines, des amis …
NON.
Dieu pense que l’homme et la femme ont besoin l’un de l’autre, comme une seule chair et que nous avons tous besoin des autres pour vivre.
On a besoin de quelqu’un qui nous aime.
Les enfants vous demanderez à vos parents qui est … Bourvil. Dans une chanson, il a dit cette prière à Dieu :
« On peut vivre sans richesse ; mais vivre sans tendresse, on ne le pourrait pas.
Mon Dieu, fais pleuvoir dans nos cœurs des torrents de tendresse pour que règne l’amour ».
Seigneur, fais pleuvoir des torrents de tendresse dans nos cœurs …
Dans l’évangile, (Marc 10,13-16) Marc parle du Royaume de Dieu.
Pour moi, le Royaume de Dieu, c’est une personne que je connais et vous aussi : c’est Jésus.
Et quand on connait Jésus, on connait Dieu notre Père : le Royaume de Dieu, c’est l’Amour.
Mais Jésus ne peut être le Royaume de Dieu tout seul, chacun ici est le Royaume de Dieu quand on est un peu comme Jésus. Et si nous, on est un peu le Royaume de Dieu, notre paroisse est aussi un peu ce Royaume de Dieu.
Par exemple :
• Quand elle sait bien accueillir les enfants en leur donnant toute leur place comme Jésus et les jeunes, en acceptant qu’ils ne fassent pas comme on a toujours fait (« On a toujours fait ainsi », comme a dit le pape François pour l’ouverture du Synode).
• Quand on n’oublie pas les personnes seules, malades, très âgées et que les personnes séparées, divorcées, divorcées-remariées ont toute leur place dans la paroisse.
• Et aussi quand on a envie de se parler et se comprendre avec nos sensibilités sociales ou religieuses différentes ; et même s’apprécier.
« L’Église, la paroisse, ce n’est pas une douane ; elle est la maison paternelle où il y a de la place pour chacun avec sa vie difficile » Pape François.
Le Royaume de Dieu aussi, avec le fil rouge de notre année paroissiale ; 4 mots :
PAUVRETÉS – PRÉCARITÉS – SOLIDARITÉS – FRATERNITÉ.

Pingbacks

Les pingbacks sont fermés.

Commentaires

Les commentaires sont fermés.