Dernière mise à jour le .

Gn 3,9-15 ; 2 Co 4,13-5,1 ; Mc 3,20-35

Il y a eu la Pentecôte, Il y a eu la fête de la Trinité. Il y a eu la fête du Corps et du Sang du Christ, la fête de l’Eucharistie. Vendredi dernier c’était la fête du Sacré Cœur. Cette fête qui est le pendant de la fin de l’année liturgique où l’on célébrait le Christ Roi de l’Univers. (Encore une fois pour clore l’année de la liturgie. Pour après recommencer une nouvelle année avec la période de l’avent.) Et aujourd’hui on reprend la longue liste des dimanches ordinaires. Il y en a 34 : on en a déjà vécu 6 après la fête de l’Épiphanie. Il en reste 28.
Bien sur il y aura des grands moments pas seulement sur un plan liturgique. Je pense à la fête des mères, à la fête des pères, à la communion des enfants, au baptême des enfants en âge scolaire, je pense à la fête de notre pays, je pense au 15 Août, à la Nativité de Jean-Baptiste, je pense aux vacances, je pense à la reprise des écoles. Et tout ça se passe dans le temps ordinaire. J’aime bien cette période. Si on pique un 100 mètre parfois, là cette période c’est une course d’endurance : c’est la célébration extraordinaire de notre vie ordinaire. Ça ne dépend que de nous que l’ordinaire de notre vie soit aussi extraordinaire. Et je pense à une phrase de Jésus dans l’Évangile : je ne vous laisserai pas orphelins. Je suis là au milieu de vous et ce que vous faites autres c’est à moi que vous le faites et ce que les autres font pour vous, c’est aussi à moi qu’ils le font. Et je pense simplement à tous les bonjours que nous donnons, à tous les bonjours que nous recevons, et quoi de plus ordinaires que ces bonjours ? Mais ne sont-ils pas extraordinaires ? … (présence de Jésus)
Et aujourd’hui j’ai un peu réfléchi et prié au pardon que nous recevons des autres, au pardon que nous donnons aux autres, au pardon que le Christ nous donne à longueur de temps, si nous le lui demandons. C’est vrai à l’Eucharistie, au début de la messe et nous pouvons toujours demander et recevoir le pardon du Christ. C’est important, très important. Notre évêque ne veut plus de l’absolution collective. Je le regrette, mais la parole de l’évêque c’est aussi Parole de Dieu. Mais je trouverai important de quitter la morale, pour nous tourner vers l’amour. Et la célébration collective nous y aidait. Mais Yves nous a concocté chaque fois, dans l’obéissance, une célébration qui nous parlait d’amour. Le pardon que nous recevons, le pardon que nous donnons ainsi est toujours dans l’ordre de l’Amour : l’amour c’est le grand critère de Jugement pour notre vie. Le Christ est mort sur la Croix pour ce que j’ai, ce que nous avons manqué d’amour et non pas pour ce que nous avons failli à une loi, ou à une coutume ou à une habitude.
Et pourquoi j’ai pensé au Pardon : simplement parce que les textes d’aujourd’hui nous parlent et du péché, et du pardon.
Le livre de la genèse : et l’auteur de ce livre connait bien le cœur humain :
« Adam tu as mangé du fruit défendu. »
« Oui, mais c’est ma femme qui me l’a donné. »
« Alors Ève, tu as mangé du fruit défendu … »
« Oui, mais c’est le Serpent qui me l’a donné. »
Moi, je vous assure ma vie elle est toute droite, toute pure, et s’il y a quelques bavures c’est toujours la faute des autres. C’est le péché de l’Homme, du premier homme, de la première femme. C’est notre péché dont il est question. C’est Nous. Et c’est toujours la faute des autres.
Alors l’Évangile nous montre Jésus qui chasse les démons, qui guérit. Et si je suis malade, si le démon m’habite, c’est à cause de mon péché. Et si Jésus me guérit et de ma maladie, et de ma possession, c’est qu’il est Dieu car il n’y a que Dieu qui peut pardonner les péchés. Et les scribes et les pharisiens ne se posent même pas la question qu’ils devraient se poser. …
Mais qui est donc Jésus qui guérit et qui pardonne ?
Seigneur c’est par amour que tu nous pardonnes, c’est parce que tu es le Fils de Dieu que tu nous pardonnes.
Merci. Tout simplement merci. Apprends-nous aussi à pardonner, tout simplement à pardonner. Apprends-moi à aimer tout simplement parce que Dieu est Amour.

Pingbacks

Les pingbacks sont fermés.

Commentaires

Les commentaires sont fermés.