Dernière mise à jour le .

2 Ch 36, 14-16.19-23 - Ep 2, 4-10 - Evangile de Jean 3, 14-21

Oh ! que ces textes m’ont paru compliqués. Le 1er texte des chroniqueurs nous rapporte la charte de Jérusalem et de la monarchie. Le second de Paul aux Éphésiens nous parle dans un langage plus simple, de la grandeur de l’Amour divin, un amour qui va jusqu’au Pardon. Et l’Évangile nous montre, nous parle de Jésus élevé sur la croix car il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime. Et si le serpent dans le désert, érigé à la cime d’une croix guérit le peuple de ses maladies, Jésus sur la croix, en disant : « Père pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font », nous promet non seulement le pardon mais la Vie éternelle.
J’ai réfléchi un peu cette semaine au Pardon. Le 19 Mars nous sommes gentiment invités à vivre le Pardon. Nous ne pouvons à recevoir gratuitement le pardon que Dieu nous donne, que le Père nous donne. Nous ne pouvons pas prétendre vivre l’Amour sans que notre amour ne soit basé aussi sur le pardon, un pardon que l’on reçoit et de Dieu et des autres. Et si Jésus n’a pas besoin de recevoir le Pardon, il le donne par contre à profusion si nous le lui demandons ; « Père, pardonne-leur ils ne savent pas ce qu’ils font ». Notre amour, quel qu’il soit induit obligatoirement le Pardon, le Pardon donné aux autres, et reçu aussi des autres. Nous ne pouvons pas ne pas aimer pour de vrai sans que le Pardon ne soit à la racine de notre amour.
C’est vrai qu’aujourd’hui je voudrai vous parler, car cela a été ma prière de cette semaine, mais je voudrai vous parler du Pardon. Alors je ne vais pas discuter, ni disertailler sur la manière de demander et de recevoir le pardon. J’ai confessé des heures et des heures la veille des grandes fêtes. A la suite du Concile nous avons vécu des cérémonies pénitentielles. Après nous avons connu le pardon avec l’absolution collective. Aujourd’hui l’évêque ne veut plus cette expression. Nous n’avons qu’à obéir. Et je le dis sans aucune polémique au fond de mon cœur.
Mais le pardon fait partie intégrante de l’amour. Souvent nos prières demandent au Seigneur son Pardon, au début de la messe, chaque fois nous nous tournons vers le Seigneur pour lui demander son pardon. Et de temps en temps nous sommes invités à recevoir le Sacrement du pardon. Et le regard que nous portons sur notre vie, personnelle et collective n’a rien à voir avec des préceptes légalistes : que demande la loi, que demande la morale : que dit la morale pour ma vie personnelle, que dit la morale quand je conduis ma voiture. Que dit la morale dans tout ce qui dirige notre vie ensemble ? Ça c’est de la morale. Je ne suis ici pour « foutre » en l’air la morale ? Non. Mais se reconnaître pécheur c’est reconnaître que dans ma vie l’amour n’est pas toujours à la racine de mon quotidien, même quand je conduis ma voiture.
Et le dimanche que nous faisons quand nous nous tournons vers Dieu pour lui demander son pardon. Cette demande est toujours liée à l’Amour :
Seigneur, comment j’ai de l’amour pour moi,
Seigneur, comment j’aide l’amour pour les autres,
Seigneur, comment j’ai de l’amour pour notre vie ensemble,
Seigneur comment j’ai de l’amour dans le cœur … ou pas ….
Père pardonne-leur,
Ils ne savent pas ce qu’ils font.

Pingbacks

Les pingbacks sont fermés.

Commentaires

Les commentaires sont fermés.