Dernière mise à jour le .

Évangile : les disciples d'Emmaüs - St Luc 24, 13-35

Introduction à l'Évangile

Le déroulement de ce récit : c'est comme le déroulement de la messe ; ce n'est pas par hasard.

Cela se passe le premier jour de la semaine. C'est-à-dire le jour de la Résurrection, jour du Seigneur.

Il y a 4 parties dans ce récit, correspondant aux quatres grandes parties de la messe :

Quand les disciples parlent entre eux :
C'est le début d ela messe (accueil, prière pénitentielle...) : nous venons avec notre vie, nos questions, notre foi...
Le dialogue entre les 2 disciples et Jésus,
qui éclaire leur intelligence et "brûle" leurs coeurs avec les Écritures.
La fraction du pain :
La liturgie eucharistique (offertoire, consecration, communion...).
L'envoi,
quand les disciples s'en vont rejoindre les autres.

En écoutant ce récit, nous pouvons nous mettre un peu dans la "peau", le coeur de ces deux disciples d'Emmaüs !


HOMÉLIE

"Quand Jésus fut à table avec eux".

Deux choses sur la table.

1. Le jeudi saint.

J'ai célébré au batiment pénitentiaire de l'hopital psychiatrique du Vinatier, avec une majorité de jeunes de 16-25 ans.

Ils ont lu une prière, avec ce passage :

"Jésus, on dit que tu t'asseois à notre table. Mais, je n'ai jamais rompu le pain avec toi. Les seules tables que je fréquente, ce sont des tables fraternelles où il fait bon se restaurer de joie et d'amitié.

Mais... si c'est toi Jésus qui m'offres ces tables et ces coeurs fraternels, alors... Oui, Jésus, tu es vraiment présent".

Après la prière, un jeune de 16 ans a dit :

"ça fait chaud au coeur", un peu comme les disciples d'Emmaüs disant après la fraction du pain : "Notre coeur n'était-il pas tout brûlant en nous quand Jésus nous parlait ?"

Le vrai malheur, a dit au religieux dominicains le Père Lintanf, c'est quand il n'y a personne pour nous partager ce pain et plus de table où s'asseoir pour rompre, partager la parole et le pain de l'amour et de la foi.

Dresser ces tables fraternelles et la table de l'Eucharistie: c'est tellement important; le vrai bonheur est là.

Nous :

Quelles sont les tables fraternelles où nous aimons nous asseoir ? Et : ces deux tables : celle de la Parole de Dieu qui éclaire notre foi, "brûle" peut-être notre cœur, et celle de la fraction du pain, notre communion à Jésus-Christ : ces deux tables sont-elles importantes pour nous ?

Rembrandt, ce peintre hollandais a peint cette scène de la fraction du pain avec un détail très important, très beau : l'un des deux disciples a les mains jointes et les yeux fixés non pas... sur le visage rayonnant de Jésus réssucité, mais sur le pain rompu par Jésus, posé sur la nappe d'une blancheur éclatante, comme la résurrection.

Jésus, ce soir (ce matin), tu es réellement présent dans ce pain que nous allons rompre sur cette table, l'autel, avec sa nappe blanche, comme la résurrection.

Comme les disciples d'Emmaüs, nous te prions en silence pour communier intérieurement avec toi.

Père Yves LONGIN

Pingbacks

Les pingbacks sont fermés.

Commentaires

Les commentaires sont fermés.