Dernière mise à jour le .

5ème dimanche de Carême - 1er et 2 avril 2017
Evangile St Jean chap. 11, 1-45

Environ 90 personnes de la paroisse se sont réunies en petits groupes pour parler de ce texte. J’ai retenu 4 choses, y compris 2-3 témoignages de personnes qui m’ont autorisé à les dire.

1
« Si tu avais été ici, mon frère ne serait pas mort ! »
C’est le reproche que font à Jésus Marthe et Marie, les 2 sœurs de Lazare.
Plusieurs paroissiens ont parlé des épreuves qu’ils ont vécues et qui ont ébranlé leur foi en Dieu.
Une personne a parlé de la mort de son mari et de ses 2 fils quand elle avait 50 ans ; elle a dit : « Très longtemps j’ai été en colère contre Dieu. J’ai écrit des choses incendiaires contre Dieu. Mais… J’ai toujours eu Jésus en moi. »
Des personnes ont pensé aussi à Jésus, quand il a dit sur la croix : « Mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? »

Ce qui est très important
Quand de grandes épreuves nous tombent dessus ou sur nos proches et qu’elles ébranlent vraiment notre foi en un Dieu… Amour, c’est de dire à Lui, Dieu, tout ce qu’on a sur le cœur : notre souffrance, notre incompréhension, nos reproches, notre sentiment d’injustice, notre révolte ; lui dire en allant jusqu’au fond de nous-mêmes.
Si nous disons tout cela à Dieu, c’est que nous parlons à Dieu et que nous croyons qu’Il est en nous et qu’Il nous entend. Cela peut nous amener à une foi plus vraie, plus juste et plus profonde.
Beaucoup de personnes vivent cette expérience.

2
Et puis, il y a l’étonnement, la surprise de beaucoup de paroissiens devant Jésus qui attend 2 jours pour se déplacer quand on lui annonce la mort de son ami Lazare.
Incompréhensible ! Très difficile de trouver une explication.
Pour un spécialiste de la Bible, Jésus veut nous dire que la mort est une réalité incontournable. On ne peut pas faire semblant de croire que cela n’arrivera pas. Il faut regarder la mort en face. Parler de la mort avec une personne qui va mourir, notamment une personne très proche de nous, c’est à la fois très dur et un moment de grande paix.

3
La 3ème « chose » : un grand merci à Marthe et Marie !
Dans ce récit écrit par St Jean environ 60 ans après la mort et la résurrection de Jésus, Marthe et Marie nous disent la foi des chrétiens !

Marie, on dit que c’est un bloc de douleur et d’émotion. Ce dont elle a besoin, ce ne sont pas de belles paroles sur Dieu et la Résurrection qu’elle serait incapable d’entendre, et on la comprend !
Ce dont elle a d’abord besoin, c’est d’une présence affectueuse et réconfortante, y compris de Jésus.
Jésus, lui, bouleversé par la mort de Lazare, « craque » quand il voit Marie pleurer.
Marie, toi, tu nous montres que Jésus est un homme comme nous. Jésus : vraiment homme.

Marthe, elle, commence par dire la foi des Juifs en la Résurrection des morts à la fin des temps. Puis, elle dit SA foi personnelle en Jésus, Fils de Dieu, qui lui a dit : « Je suis la Résurrection et la Vie ».
Des paroissiens ont dit « c’est aujourd’hui que Jésus nous ressuscite ». Et St Paul : « L’Esprit de Celui qui a ressuscité Jésus habite en vous. »
Marthe, toi, tu nous dis la divinité de Jésus, Jésus vraiment Dieu.

La foi des chrétiens : croire en Jésus, vrai Dieu et vrai homme.

4
Dernière chose :
Quand ils ont entendu Jésus dire à Lazare : « Viens dehors ! » et aux autres : « Déliez-le ! », des parents ont dit que quand ils voient que quelque chose ne va pas bien dans la tête et le cœur d’un de leurs enfants, qu’il n’arrive pas à s’en sortir, ils essayent de trouver le bon moment et les mots pour lui dire « Allez, maintenant on s’assoit, dis-nous ce qui ne va pas ».
Il s’agit de délier ce qui est noué en lui, comme s’il était ligoté par ses problèmes. Les parents ont dit « c’est une petite résurrection pour lui et pour nous. »
On a parfois besoin que quelqu’un nous aide à sortir de nous, de ce qui nous enferme comme dans un tombeau, à délier ce qui est noué en nous et nous relier aux autres.

Jésus, nous te prions avec les mots des résidents de l’EPHAD St Elisabeth :
« Toi, vainqueur de la mort, nous croyons en Toi. Aide-nous à aider nos frères à passer de la mort à la vie, de leurs ténèbres à la lumière. »

Pingbacks

Les pingbacks sont fermés.

Commentaires

Les commentaires sont fermés.