Dernière mise à jour le .

4e dimanche de carême : introduction à l’évangile de l’aveugle-né (Jean 9, 1-41)

On va lire l’histoire de l’aveugle-né. Ce très beau récit nous prépare à la veillée pascale dans
3 semaines ; la nuit de Pâques, la plus belle nuit de l’année pour un chrétien ; cette nuit où
nous célébrons la résurrection de Jésus ; nuit où sont baptisés les catéchumènes et où nous
renouvelons notre baptême.

Il y a d’abord le geste de Jésus qui fait de la boue avec de la salive et l’applique sur les
yeux de l’aveugle.
Ce geste nous rappelle le poème de la création qu’on lira à la veillée pascale, quand
Dieu créa l’homme avec de l’argile.
Pâques, le baptême, c’est une re-création. Etre re-créé par la foi, par l’Amour de Dieu.

Puis, quand l’aveugle va se laver dans la piscine de Siloé.
« Baptême » veut dire : prendre un bain, être plongé.
Pâques, le baptême, c’est notre plongée, notre immersion de tout notre être dans la
Vie, la mort et la résurrection de Jésus.

Enfin, l’aveugle passe de la nuit à la lumière.
Dans la nuit de Pâques, on va allumer le cierge pascal et allumer nos petits cierges à
cette lumière du Christ ressuscité.
« Réveille-toi, ô toi qui dors, relève-toi d’entre les morts et le Christ t’illuminera » :
hymne pascale (St-Paul aux Ephésiens 5,14 lecteur de ce dimanche).

Père Yves Longin

Pingbacks

Les pingbacks sont fermés.

Commentaires

Les commentaires sont fermés.